L’an dernier le Comité Culturel de Sart-Jalhay rendait hommage à Jacques Fettweis un facteur d’instruments de musique traditionnels de nos régions comme la vielle à roue et l’épinette. Des rencontres sont nées de cette initiative. Cette année le Comité Culturel vous propose de vous initier à la pratique de l’épinette.

Pour participer à ce stage, tout ce dont vous avez besoin c’est de la curiosité et de l’enthousiasme. Il n’est pas besoin de connaître la musique, ni de posséder un instrument (il sera possible d’en emprunter un).

Le stage sera animé par André Deru, un expert et un passionné de cet instrument le 20 mai de 14h à 18h à la Maison Bronfort Place du Marché à Sart-lez-Spa.

Dépêchez-vous de vous inscrire via le formulaire ci-dessous, les places sont limitées.

André Deru

AndréDeru2Musicien, collectionneur, formateur ! Il pratique l’épinette depuis plus de 35 ans au sein de nombreux groupes, (les Macloteux…), enseigne l’épinette à l’académie de musique d’Eghezée et se produit lors de concerts, bals, musiques de scène, animations scolaires. Spécialisé en musique wallonne et répertoire jeune public : musiques, danses, théâtre, contes… Animateur de nombreux stages et ateliers tant en Belgique (Massembre, Stoumont…) qu’à l’étranger.

Il forme avec son ami Thierry Legros, un duo d’épinettes, connu et apprécié : Salon Ambroisine.

L’épinette

La bûche, comme on l’appelait chez nous, l’épinette des Vosges est une cithare sur table sans manche, dont les cordes sont parallèles à la table. Ils comportent à la fois un groupe de chanterelles, des cordes mélodiques, qui passent au-dessus de frettes et un autre groupe de cordes appelé bourdon.
Elle a souvent cette mention « des Vosges » pour la distinguer de l’instrument homonyme qui est un petit instrument à clavier de la famille des clavecins.

L’épinette est simple de fabrication avec des matériaux courants et bon marché : du bois sans qualité particulière comme l’érable, l’épicéa, le noyer, le merisier, le prunier… et du fil de fer ou de laiton. Sa fabrication n’est pas normalisée, le nombre de cordes peut varier d’un instrument à l’autre ; elle peut être diatonique, chromatique (par demi-ton), semi-chromatique, selon le modèle, la région, le facteur d’instruments. L’instrument naguère, aussi bien joué en Europe occidentale que dans les pays slaves ou scandinaves, était souvent appelé épinette des bateliers dans la vallée de la Meuse et dans la région de Mouscron et Saint-Ghislain . L’instrument aussi fut joué dans les tranchées pendant la guerre de 14-18 sous le nom de « violon des tranchées ».

En Wallonie, l’épinette connaît sa période de gloire de 1850 à la fin de la guerre 14-18 environ pour s’éteindre vers 1935. Elle est redécouverte après 1970 avec le revival folk. Il est désormais difficile de trouver un instrument, les luthiers se font rares. André Deru et Thierry Legros (Salon Ambroisine) jouent sur deux instruments construits par Rémy Dubois (qui n’en fait plus) et les stagiaires doivent souvent se procurer des instruments dans les Vosges (entre autres chez Christophe TOUSSAINT près de Gerardmer).

Extrait de « Musiques et danses traditionnelles », Cahier Nature 12 édité par le Comité Culturel de Sart-Jalhay

Share Button